Détails du livre « Voici ta Mère »

du Père Marie-Van MEURICE

————————————–

1. Descriptif :

« Voici ta Mère » (Jean 19, 27) Itinéraire théologique et spirituel avec Jean-Paul II

———————–

L’association maternelle de Marie à l’Œuvre du Salut. Un développement du dogme marial en cours…

« Voici ta Mère (Jean 19, 27) ; Itinéraire théologique et spirituel avec Jean-Paul II » s’adresse à tout esprit de bonne volonté désireux d’approfondir la « dimension mariale » de sa foi et de sa vie chrétienne. « Si tu es théologien tu prieras vraiment, et si tu pries vraiment, tu es théologien », disait Evagre le Pontique. Pour Jean-Paul II, foi et dogme, théologie et prière, spiritualité et dévotion n’étaient que les diverses modalités d’une même contemplation aimante du visage de Marie. En respectant chacune de ces dimensions, j’ai dégagé à travers l’œuvre mariale de Jean-Paul II – Karol Wojtyla, un itinéraire de foi où s’esquisse un agir d’enfant de Dieu avec, en et par Marie, selon la célèbre causalité montfortaine.

Cet itinéraire marial, qui s’offre comme une référence actuelle pour l’Eglise et l’humanité, Jean-Paul II l’a particulièrement tracé à travers les Soixante-dix catéchèses sur le Credo qu’il a données à l’ Eglise entre 1995 et 1997. Ces catéchèses, souvent méconnues voire ignorées, renferment un enseignement riche et pratique. Comme une illustration déployée de l’encyclique mariale Redemptoris mater, elles sont une magnifique mise en œuvre du Concile Vatican II.

C’est la première fois qu’elles sont présentées et commentées prises dans leur ensemble au lecteur français. Le fil rouge en est la participation de Marie à l’œuvre de notre Salut, participation qui culmine dans l’association de la Mère de Dieu au sacrifice rédempteur du Christ à la Croix. Chaque catéchèse expose une des facettes de la coopération mariale à notre salut.
Pour désigner cette participation de Marie à l’œuvre de l’unique Rédempteur, on a employé et on emploie parfois le terme de Corédemption. Or ce terme, pour le moment, est ambigu car on peut le comprendre de manières différentes. Avec le Concile et Jean-Paul II, j’ai préféré le terme de Coopération. La question du vocabulaire est une question à part entière et il n’en est pas traité dans ce livre. Par contre, la question du contenu en fait pleinement l’objet, d’une manière existentielle et événementielle. Qu’est-ce que tout simplement, à partir de l’Evangile lu en Eglise et vécu par les saints, Marie a fait et fait encore aujourd’hui et ce, jusqu’à la fin des siècles ?

Dans la catéchèse du 9 avril 1997, relevée par bon nombre d’auteurs, « le pape Jean-Paul II exprime avec une telle précision doctrinale la ‘‘coopération de Marie à l’œuvre du salut’’ par ‘‘son association au sacrifice rédempteur du Christ’’, qu’on le sent tout proche de ce qui pourrait être une formulation dogmatiquement définissable » écrit Jean-Miguel Garrigues (L’Epouse du Dieu vivant, p. 15). Le thème de cette catéchèse – la coopération singulière de Marie à l’œuvre rédemptrice du Calvaire –, apparaît comme la clé de voûte des soixante-dix catéchèses que le pape a consacrées à la coopération de la Mère de Dieu. Ce thème, qui apparaît aussi et sûrement comme le sommet de cette coopération, au moment même où elle s’est accomplie sur le Golgotha, alors le centre du monde et de l’Histoire, mérite une étude à part (cf. X, 1, 4). Ce sera l’objet d’un second ouvrage où, dans le cadre de l’audience du 9 avril 1997 (XLVIII), et en reprenant les conclusions établies dans ce livre, on tentera de comprendre et d’approfondir l’explication théologique, voire la définition que le pape Jean-Paul II propose de la coopération de Marie à l’œuvre de la Rédemption (cf. Voici ta Mère, p. 405-406).

Le développement de la théologie et du dogme vont de pair avec le cours de l’histoire et nous aident à lire les signes des temps. Tout progrès dans l’intelligence du donné révélé marque une étape dans le déroulement du pèlerinage de la foi et libère dans la vie de l’Eglise et dans le monde, une nouvelle puissance de salut.
« Le temps presse, il faut achever la Rédemption » disait Marthe Robin. En ce temps où la Passion plus que la Résurrection semble guider l’Eglise, Marie brille comme un signe d’espérance assurée et se tient auprès de chacun de nous comme une Mère : « Voici ta Mère » (Jn 19, 27).
ération ou médiation maternelle constitue pour l’Eglise et le monde et chacun des croyants un modèle et une source. Si Dieu nous a créés sans nous, il ne nous sauvera pas sans nous, c’est-à-dire sans notre coopération, ni sans notre coopération avec Marie qui, avant nous et pour nous, a donné à Dieu la parfaite réponse de foi et d’amour qu’il attendait de l’humanité et qu’il attend maintenant de notre part. Ainsi, et c’est la progression que propose ce livre, comme « Itinéraire théologique et spirituel avec Jean-Paul II », en suivant chacune des étapes du pèlerinage de la foi de Marie, on découvre combien l’histoire intérieure de la Vierge est unie à l’histoire de chacune de nos âmes, aujourd’hui.

————————————–

2. Préface et préfacier

Jean-Miguel Garrigues, dominicain franco-espagnol, est membre de l’Académie Pontificale de Théologie à Rome. Il enseigne la théologie. Prédicateur, il a notamment prêché le carême à ND de Paris de 1992 à 1994.
Il est l’auteur de nombreux ouvrages de théologie et de spiritualité, notamment Dieu sans idée du mal (Desclée 1990), A l’heure de notre mort (Ed. de l’Emmanuel 2000) et récemment Le Saint esprit, sceau de la Trinité (Cerf, Cogitation fidei, 2011).
Il a rassemblé et publié en français les catéchèses mariales de Jean-Paul II, Marie dans le mystère du Christ et de l’Eglise (Parole et Silence 1998). En 2000, il a publié aux éditions Parole et Silence L’Epouse du Dieu vivant ; Marie, plénitude trinitaire de l’Eglise qui fait une large place à l’enseignement prodigué par Jean-Paul II dans les catéchèses mariales et approfondit entre autre la place et le rôle de Marie dans l’œuvre de la Rédemption (Marie, coopératrice du Rédempteur). Parenté d’école, continuité de recherche. Il avait lui-même souhaité la publication de mon mémoire de maîtrise à l’origine de ce livre.

Jean-Miguel Garrigues introduit au livre par un regard de sagesse sur la présence de Marie située à la charnière du mystère du Christ et de l’Eglise. La préface évoque, à la lumière du magistère de Jean-Paul II, la présence de Marie comme l’expression du mystère le plus personnel de l’Eglise en tant qu’Epouse sainte du Christ. Dans la hiérarchie ecclésiale de la sainteté, Marie est la première, tous les moyens de grâce, parole, sacrements, ministères et magistère apostolique, étant entièrement ordonnés à servir la vie de sainteté de l’Eglise dans la charité sponsale qui a, en Marie, également son sommet. Par sa grâce et sa sainteté, Marie actualise parfaitement ce qui est la fin de l’Eglise et de ses membres : la charité de l’Epouse qui rend une digne réponse d’amour à celui qui l’a aimé le premier, réponse dans laquelle notre réponse se situe et se donne, tout au long du temps de l’Eglise.

————————————–

3. Editeur

La rencontre récente avec Grégory Solari et les éditions Ad Solem (11 février) a été providentielle. La collaboration a été courte mais intensive, 7 semaines de travail à peine, pour un livre de 444 pages qui a pu sortir à temps (21 avril) pour la béatification de Jean-Paul II (1er mai).
« Ad Solem, ‘‘vers le Soleil’’ : un nom, un esprit aussi, résolument tourné vers la ‘‘Lumière qui éclaire tout homme en ce monde’’.
Les éditions Ad Solem (Paris/Fribourg) offrent de beaux livres soignés.
« Entre le livre et le lecteur, nous sommes là, pour préparer le chemin typographique qui doit permettre cette rencontre avec le Verbe, qui s’est fait écriture dans le Livre ; qui s’est fait homme en Jésus-Christ. Si l’édition est un art, elle est aussi un métier. Un savoir-faire qui doit communiquer un savoir-vivre ».
Nées du monde monastique, les éditions Ad Solem veulent, dans l’étape actuelle de leur itinéraire éditorial, explorer l’interaction de la foi et de la culture en tenant à privilégier la littérature monastique en ses diverses expressions, qu’elles soient proprement spirituelle ou plus largement culturelle (en tous cas, quand l’écriture se fait manifestation du lien indissociable entre foi et culture).
L’éditorial à l’occasion de la béatification de Jean-Paul II présente le livre ainsi (extraits) : « Marie et livre, la foi personnifiée et la culture cristallisée dans un objet : la publication du livre du père Marie-Van Meurice, ‘‘Voici ta Mère’’, qui présente la théologie mariale de Jean-Paul II, est d’une certaine manière la synthèse de notre ligne éditoriale et de son esprit. Je vous invite à le découvrir rapidement, pour vivre intérieurement l’événement de la béatification et découvrir son sens pour l’Eglise aujourd’hui ».

————————————–

4. Recensions

Jean-Claude Besida, Famille Chrétienne n° 1745 du 25 juin au 1er juillet 2011
« Ce traité de mariologie présente systématiquement l’encyclique Redemptoris mater et les grandes catéchèses mariales données par Jean-Paul II. Pour découvrir, par le biais de la théologie, une réalité de foi habituellement appréhendée par la dévotion : la manière dont la Vierge Marie coopère aujourd’hui à la rédemption.  A notre humble avis, un futur classique ».

Le Pèlerin n° 6700 du 28 avril 2011, Pour en savoir plus, Spécial Jean-Paul II, spiritualité
« Un pape priant. C’est la devise de Jean-Paul II : ‘‘Tout à toi, Marie.’’ La Vierge a toujours été un guide et une mère pour Karol Wojtyla. Cette dimension mariale, l’auteur propose de l’explorer avec foi et rigueur, à travers un long itinéraire théologique et spirituel. »

Annie Laurent, L’Homme Nouveau, n° 1500 du 10 septembre 2011
« Pendant deux ans, de 1995 à 1997, le bienheureux Jean-Paul II a consacré soixante-dix catéchèses du mercredi au Credo catholique, y développant notamment le thème de ‘‘Marie dans le mystère du Christ et de l’Eglise’’. L’étude émerveillée de cet enseignement, dans le cadre de la préparation d’une maîtrise en théologie, a conduit le père Marie-Van, religieux au Carmel de Marie Vierge Missionnaire situé au Pradier (diocèse de Valence), à la rédaction de cet ouvrage dont on peut dire sans hésiter qu’il constitue un remarquable traité de mariologie.
En s’appuyant aussi sur les écrits de Pères de l’Eglise, de théologiens et de mystiques, l’auteur porte un regard très pénétrant sur la place unique de Marie dans l’Histoire du salut et au cœur de la vie chrétienne. Le fil conducteur de sa démonstration consiste à scruter tout ce qui concerne la participation réelle et efficace de la mère du Christ à l’œuvre de la Rédemption, non seulement pendant sa vie terrestre, mais aussi depuis qu’elle a rejoint son Fils dans le Ciel de Dieu. Les passages de l’Evangile qui la concernent, et dont certains peuvent déconcerter, sont expliqués avec une pédagogie éclairante. A propos du dogme de l’Assomption, où Pie XII, qui l’a proclamé en 1950, n’a pas précisé les modalités de sa réalisation, le père Marie-Van penche pour la thèse d’une véritable mort de Marie, à l’imitation de Jésus. Marie mère des hommes, comme le Christ l’a voulu sur la Croix, et Marie mère de l’Eglise, comme l’a déclaré le concile Vatican II, constituent les deux aspects essentiels de cette vocation extraordinaire. Faut-il maintenant compter sur un nouveau dogme qui donnerait à Marie le titre de ‘‘co-rédemptrice’’, pour satisfaire l’attente de certains catholiques ? Avec humilité, l’auteur ne prend pas position sur ce point, préférant s’en remettre à l’autorité et à la sagesse des papes.
Malgré son volume, ce livre ne doit pas décourager car il ne lasse pas. Au contraire : servi par un style limpide, méditatif et savoureux, il entraîne spontanément le lecteur à une attitude d’oraison et à l’action de grâces pour l’amour incomparable de Dieu envers ses créatures humaines. Avec Voici ta mère, le père Marie-Van nous offre réellement une œuvre magnifique. »

 

 

WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera