Présentation générale

Le projet que vous allez découvrir se situe dans l'urgence « des signes des temps »

 

Madame, Monsieur,

Nous vivons des menaces d’une dimension jamais connue jusqu’ici… La première urgence est d’implorer Dieu pour le don de la paix… », disait Jean-Paul II. Notre monde est en crise… Crise financière, mais surtout crise intérieure, crise du « sens » de la vie, de l’identité profonde de l’homme. Le rythme trépidant de notre société nous fait perdre notre dimension intérieure et spirituelle en la noyant dans le bruit, le stress, une solitude profonde que maquillent les moyens de communications sociales, jusqu’à des désespoirs profonds… Pour ne pas faire naufrage, notre civilisation a un besoin urgent de prière et de paix, de partage et d’amour, car : « La véritable révolution consiste uniquement dans le fait de se tourner vers Dieu. Qu’est-ce qui pourrait bien nous sauver, sinon l’amour ? » (Benoît XVI) Nous avons besoin d’un « supplément d’âme » pour faire face aux défis actuels. Nous ne sauverons pas le monde actuel sans promouvoir la dimension spirituelle de l’homme… Nous n’aurons pas d’avenir sans l’espérance que seul donne le Christ, Ami et Sauveur de l’homme… Nous n’aurons pas la paix sociale et planétaire sans la prière qui fait pleuvoir l’Amour de Dieu et réconcilie les hommes…

« Ce sont les adorateurs silencieux qui préparent le monde nouveau du troisième millénaire. » Jean-Paul II

Face à tous ces défis, depuis 1997, encouragé et béni par Jean-Paul II en 2001, le Carmel de Marie Vierge Missionnaire veille en prière sur la montagne de la Lance, dans la Drôme. Il y accueille les chercheurs de Dieu, qui y trouvent un lieu de prière, de paix, de beauté, de silence et de contemplation, qui recréé le cœur, dans une ambiance familiale.

Pour pouvoir continuer leur vie contemplative et missionnaire, les jeunes religieux et religieuses ont besoin d’agrandir leurs locaux, par la construction de 9 ermitages et d’une église. Ce projet a été prié et mûri en Eglise durant plusieurs années. Il devient urgent pour vivre en plénitude notre charisme, accueillir les nouvelles vocations et tous ceux qui, de plus en plus nombreux, viennent partager notre vie. Pour le réaliser, nous avons besoin de votre aide. Trois ermitages ont été construits à l’automne 2012, grâce à la générosité de nombreux amis de la communauté. Mais il nous reste une grande partie du projet à financer. Votre entreprise peut nous soutenir en devenant mécène de notre projet.

Vous engager à nos côtés, c’est participer :

• à une aventure spirituelle de prière pour la paix du monde,

• à faire revivre l’idéal primitif  (13ème siècle) de l’Ordre du Carmel : une communauté d’ermites groupés autour d’une église, vivant ensemble la solitude et la prière et partant régulièrement annoncer l’Evangile aux peuples environnants. Redonnez vie à un grand monument de l’histoire de l’Eglise !

• à un projet écologique entièrement en bois, qui respecte l’harmonie d’un site exceptionnel et de son environnement,

• à préserver une terre d’accueil spirituel pour tous où dominent silence, contemplation et beauté.

• à aider des entreprises à se lancer dans des domaines en pleine expansion (la construction d’habitats écologiques en bois). En ces temps de crise, ce projet procurera du travail à plusieurs entreprises et leurs salariés.

Devenez avec nous un des constructeurs de notre village monastique !

Merci d’avance de votre générosité.

Père Marie-Michel Cofondateur

 

 

Demain

« Dans son écrin de montagnes, le Carmel de Marie Vierge Missionnaire s’agrandira et rayonnera de sa nouvelle chapelle vers les ermitages, en direction du sommet : la Lance. La chapelle, à l’architecture simple et épurée, servira le désir de vie contemplative et apostolique de la communauté. Elle viendra en prolongation du hameau et en sera le cœur vivant. A partir d’elle et par deux sentiers, on accèdera aux ermitages ; chacun d’eux, construits en des matériaux qui s’harmonisent avec le paysage, offrira un espace empreint de paix pour la prière, l’étude et le travail. Bien intégrés au paysage, ces ermitages, à la fois regroupés et séparés (communion dans la solitude), actualiseront l’idéal primitif du Carmel. » Eric Wagon, architecte du projet.

signature du dossier de demande de permis de construire

Ces nouveaux bâtiments sont urgents et nécessaires pour leur permettre de vivre en plénitude leur charisme au cœur de l’Eglise, de le rayonner dans la communion solitaire et la sainte liturgie avec toutes les nouvelles vocations.

forage en vue de l’analyse des sols

L’oratoire actuel est en effet trop petit pour accueillir les nouvelles vocations et les amis de plus en plus nombreux à les rejoindre pour les journées spirituelles, rassemblements, célébrations… La grande pièce qui sert actuellement de chapelle deviendra ainsi une salle de conférence.

Quant aux ermitages, ils leur permettront de vivre une vie communautaire semi-érémitique selon l’appel reçu.
De plus, toutes les cellules actuelles sont pleines et des vocations arrivent… L’accueil des familiers de la communauté s’en trouve de plus en plus réduit.

 

 

 

La chapelle :

Get the Flash Player to see this content.

Son architecture simple et épurée servira le désir de vie contemplative et apostolique de la communauté. Le style choisi est celui des églises de la région, avec un chevet arrondi, une nef et deux petites absides latérales, le tout dessinant la forme d’une croix, orientée symboliquement vers Jérusalem, l’Orient, le soleil levant, symbole du Christ.

Le chœur et l’autel seront mis en valeur légèrement surélevés par deux petites marches, le tabernacle étant situé de manière centrale, comme la perle dans son écrin. Le chœur des religieux sera de plein pied avec la nef, pour manifester la proximité des religieux avec tous les baptisés. La nef pourra accueillir habituellement une centaine de personnes, et pratiquement le double en aménageant pour les circonstances plus exceptionnelles. Une petite tribune augmentera encore cette capacité. A l’entrée, un nartex isolé permettra de protéger des courants d’air les jours de mistral. Contre la nef sera construite une sacristie. Les religieux pourront accéder directement de leur ermitage au chœur des religieux par cette sacristie. La nef débouchera sur une petite esplanade aménagée comme un cloître, lieu de méditation ou de rencontre. De ce parvis, on pourra accéder à deux petites pièces qui serviront de lieu d’écoute ou de confessionnaux, selon les besoins.

La salle d’accueil :

Elle débouchera elle aussi sur le cloître et le parvis de l’église. Elle sera équipée de sanitaires et d’un petit coin cuisine. Elle permettra réunions, conférences, et réjouissances pour les fêtes (professions religieuses par exemple). Etant donnée la pente du terrain actuel, elle comportera un sous-sol important. Celui-ci sera idéal pour accueillir la future chaudière à bois déchiqueté dont nous nous équiperons pour chauffer tous le hameau. A côté de ce bâtiment sera aménagé l’accès qui permettra de monter directement depuis la route et le parking à l’église. Il sera équipé d’une rampe d’accès pour les personnes handicapées (la configuration actuelle du hameau, toute en escaliers, rend leur accueil très difficile).

 

Cet ensemble église-cloître-salle deviendra le cœur vivant du Pradier, facilement accessible depuis la route, depuis les bâtiments actuels, comme depuis les ermitages. Cet espace permettra donc d’accueillir dans les meilleures conditions les personnes venant se ressourcer chez nous, leur offrant un espace à la fois silencieux, recueilli, et convivial.

Les ermitages :

Au nombre de neuf, ils sont destinés aux religieux de la communauté. Nous envisageons, lorsque ces travaux seront terminés, d’en construire quelques-uns destinés à toute personne désirant vivre un temps de retraite et de solitude, de repos, de paix, de prière et de ressourcement.

Leur disposition, à la fois groupée et séparée, exprime notre vie à la fois communautaire et érémitique, selon l’idéal primitif de l’Ordre du Carmel.

Leur plan incarne la vie que nous désirons y mener. Leur surface de 36 m2 se répartie entre :

- un petit oratoire, ou Horeb, lieu de la prière

- un biblium, lieu consacré à la lecture et la méditation de la Parole de Dieu, la Bible.

- une cella, ou cellule : lieu de travail, d’étude.

- un quies : le lieu du repos

- sanitaires et petit coin cuisine pour les temps de solitude plus prolongés.

Ils seront entourés d’un petit jardin, propice à la méditation et à la contemplation face à la beauté de la création.

Nos choix pour ces constructions :

Pour toutes ces constructions, nous avons fait le choix de construire en bois, et d’utiliser au maximum des énergies renouvelables. Nous voulons nous inscrire en effet dans une dynamique de protection de l’environnement, tout en répondant au mieux à nos besoins.

Le choix de l’énergie solaire nous permet une plus grande autonomie : situés en montagne, loin des villes, les pannes d’électricité ne sont pas rares en hiver… De plus, nos ermitages seront chauffés par de petits poêles à bois, que nos forêts alimenteront pour un moindre coût. Une chaudière à bois chauffant l’ensemble du hameau viendra compléter cet ensemble.

Quant aux bâtiments eux-mêmes, là aussi nous avons choisi le bois. Pourquoi ?

- nos terrains de montagne sont très en pente. Le bois est un matériau léger qui s’y adaptera mieux. De plus l’accès par la petite route n’étant pas facile, le bois nécessite des chargements moindres facilitant le transport lors des constructions.

- Les fibres qui composent le bois lui donnent des propriétés de résistance qui le rendent incontournable dans la conception des structures architecturales. Le bois est un matériau facile à travailler, qui se débite ou s’assemble facilement, réduisant considérablement les temps de chantier.

- Le bois a également une grande beauté naturelle, rendant inutile des finitions telles que les peintures. Sa couleur naturelle, chaude et apaisante, se prêtera parfaitement à notre projet orienté vers la paix et la prière.

- Le bois est par nature un matériau qui résiste à la déperdition de chaleur, les structures qui en sont composées sont donc des systèmes moins sujets aux ponts thermiques que d’autres structures en béton ou métal (le bois est 15 fois plus isolant que le béton à épaisseur égale). Les techniques de mise en œuvre choisies tirent parti de cette qualité naturelle pour offrir la possibilité d’atteindre de très hautes performances énergétiques. Cela est non négligeable étant donné les prix de l’énergie aujourd’hui, et notre situation en montagne aux hivers rigoureux.

- Le bois est un matériau pérenne et résistant. Un choix adapté d’essence lui permet de résister naturellement aux parasites. Sa forte densité lui confère une plus grande résistance au feu que beaucoup d’autres matériaux de construction conventionnels : il se consume lentement et garde donc plus longtemps ses propriétés mécaniques, ce qui retardera l’écroulement du bâtiment victime d’un incendie. Conçue et mise en œuvre correctement, une construction en bois se maintiendra en parfait état durant de nombreuses décennies.

- Le bois est une ressource disponible localement et qui se renouvelle naturellement dans nos forêts. Fourni par la filière de notre région, son exploitation participe à l’emploi local et à la mise en valeur de notre territoire.

- Le bois est connu pour « piéger » le CO2 consommé par l’arbre pour sa croissance, et contribuer ainsi à lutter contre les dégâts environnementaux causés par le surdéveloppement de nos activités nocives pour l’atmosphère et le climat de notre planète.

- Notre choix vise aussi à soutenir les débuts d’une petite entreprise locale en éco-construction : Noé éco-habitat. Cette entreprise, consciente de la crise et des problèmes financiers de nombreux foyers, propose à ces clients de participer s’ils le souhaitent à la construction, afin d’en diminuer le coût, et de leur donner ainsi accès à un type de construction qui sans cela serait hors de leur portée. Cette otpion nous permet de réduire notablement le coût des constructions.

WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera